Logo Courts Mais Trash 2017

Les Riches-Claires
25/01 - 28/01

L’idée des projections vient du fait qu’il n’existe pas de plateforme pour les courts métrages indépendants.

Dès qu’un film sort des normes cinématographiques, il est écarté des festivals et autres manifestations audiovisuelles. Trash n’est pas pris que dans le sens provocant, choquant mais également alternatif, politique, cheap, décalé…
Le but du ciné-club est d’offrir aux réalisateurs une projection de qualité dans une salle prévue à cet effet. Pour le spectateur, l’objectif est de lui faire découvrir des films différents sous des formats différents.

Toutes catégories de films sont projetées : expérimental, animation, clip, docu, tous les genres sont explorés. Un film ne doit pas être forcément trash pour être diffusé, il doit être en marge du courant conventionnel et offrir de l’intérêt à la personne qui le regarde.
Toutefois, pour éviter tout malentendu, les séances sont interdites aux mineurs.

À Bruxelles, la première projection s’est déroulée au centre culturel des Riches Claires le 1er avril 2005. Les réalisateurs présents (belges pour la majorité) ont été invités à présenter leurs films avant la projection. Une tradition qui perdure encore aujourd'hui. Le bar des Riches Claires ouvre pour l’occasion et un espace de dialogue sera alors propice aux échanges post-projection.

Depuis une asbl a été créée sous le nom de Born2BeCheap avec le soutien de l’Echevinat de la culture de Bruxelles.

D’autres festivals ont reçu Courts Mais Trash pour de nombreuses cartes blanches : Festival du film européen de Lille, Festival du film belge de Moustier, Festival du court métrage de Bruxelles, « La faites de l’image » des Vidéophages à Toulouse,… Des séances sont aussi programmées depuis novembre 2011 à LA Zone (Liège).

Déjà des centaines de films projetés et devenus cultes comme "Caca Baudouin", "Gay ?", "NANA!AGAIN", "La révolution des crabes", "Cyprien, moi et les autres", "Cet entarté près de chez vous", "TODAS", ...

L’objectif de cette nouvelle saison
est d’occuper d’autres villes,
nous attendons vos propositions
(si elles restent indécentes).